Semaine 48 : le lion, toujours magistral